La tendance durable du réemploi

Valentine Van Vyve

Extraits de LLB  02-01-21

Photo JPH

3500 kilos. c’est la quantité de déchet que produit en moyenne le Belge chaque année, si on compte la production de déchets ménagers à laquelle s’ajoutent les déchets industriels liés à sa consommation. « On consomme de plus en plus de produits de moins en moins bonne qualité », regrette Jean-Marc Caudron, président de RESSOURCES, la fédération belge des entreprises sociales et circulaires. Ceci complique le défi que s’est fixé le secteur du réemploi : traiter 8 kg de déchets par habitant – pour le moment, il n’en est qu’à 3kg – en prolongeant la durée de vie de ces produits ou matières plutôt que de les jeter.

Les brocantes et les plateformes de revente entre particuliers sur le web participent à ce mouvement. Mais à côté d’eux, il existe une foule d’acteurs, professionnels du secteur. Pensons aux Petits Riens, actifs depuis… 70 ans !

« Il existe plusieurs filières du réemploi »,explique Jean-Marc Caudron : celle du textile est la plus importante, suivie des appareils électriques et électroniques. La troisième filière est celle des encombrants (meubles, livres, jouets, vélos…). 

Et puis, il y a le traitement circulaire des biodéchets : du pain pour faire de la bière, de la drêche de brasserie ou du marc de café pour faire pousser des champignons… Des initiatives comme Permafungi, Le champignon de Bruxelles, La Miche ou Beerfood utilisent ainsi des déchets produits localement pour produire, toujours au niveau local, des aliments. 

….il est important d’embarquer dans cette transition des secteurs particulièrement polluants comme celui de la construction. Un vivier énorme en termes d’opportunité de réemploi puisqu’il est responsable d’un tiers des déchets produits en Belgique. Si le choix de matériaux durables pour peser le moins possible sur nos ressources est primordial, Jean-Marc Caudron met l’accent sur la « déconstruction sélective »: lors de démolition, plutôt que de tout jeter dans un container, sans distinction, trions ce qui peut encore être utilisé : isolant, panneaux de bois, sols… C’est ce que fait notamment Be-Module, en construisant des espaces de bureaux modulables issus en grande partie de matériaux de réemploi récupérés ailleurs.

En termes de récup, une tendance se marque particulièrement ces derniers temps : le partage de biens. Usitoo, une bibliothèque d’objets, Kidsbox, qui prête des jouets pour enfants, Coucou Shop, magasin de location de vêtements, sont autant d’exemples de ce que l’on appelle l’économie de la fonctionnalité. Elle consiste à acheter des usages et les services qui leur sont liés plutôt que de posséder des objets que l’on utilise de manière occasionnelle. 

Avant la mise en décharge et donc l’incinération, on trouve le recyclage. Il capte aujourd’hui la plus grande partie des flux de déchets. Pourtant, « il est essentiel de changer la logique de collecte et de donner la priorité au réemploi », insiste Jean-Marc Caudron.

Voir l’article complet et un Podcast long format sur :

https://www.lalibre.be/planete/inspire/le-reemploi-une-tendance-partie-pour-durer-5fdb3fbcd8ad5844d1b95a7d

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :