L’économie circulaire au cœur de la stratégie européenne / Secteur des plastiques

(JPH avril 2021)

Cette rubrique est la sixième que nous consacrons à la stratégie européenne d’économie circulaire formulée en mars 2020. (1)

Plastiques réutilisables ou recyclables

Le secteur des plastiques a déjà fait l’objet d’une stratégie spécifique d’économie circulaire le 16 janvier 2018 , en vertu de laquelle tous les emballages plastiques mis sur le marché de l’Union devraient être, avant 2030, soit réutilisables,  soit recyclables dans des conditions économiquement efficaces.  A aussi été formulé un objectif de quadruplement des capacités de tri et de recyclage des déchets plastiques à cette échéance. (2)

Restrictions à la mise sur le marché

Une réglementation concernant la mise sur le marché des plastiques à usage unique a été adoptée le 5 juin 2019. En vertu de cette directive, des interdictions sinon des restrictions de mise sur le marché  sont obligatoires pour plusieurs produits en plastique à usage unique ainsi que pour les engins de pêche contenant du plastique.

Parmi les produits visés :  bâtonnets de coton-tige, couverts, assiettes, pailles, bâtonnets mélangeurs pour boissons et tiges pour ballons de baudruche  ainsi que les produits fabriqués à base de plastique oxodégradable et les récipients en polystyrène expansé pour boissons et pour aliments destinés à être consommés directement. (3)

Augmentation des plastiques et difficultés de recyclage

 Dans sa Communication de mars 2020 concernant un nouveau plan d’économie circulaire , la Commission indique que la consommation de plastiques va probablement doubler au cours des 20 prochaines années et que se pose de graves problèmes ou incertitudes quant aux possibilités de recycler certains plastiques.

Sont envisagées des dispositions contraignantes «  relatives à la teneur en matières recyclées » ainsi  que des mesures de «  réduction des déchets plastiques pour des produits-clés tels que les matériaux d’emballage, les matériaux de construction et les véhicules ».

A cela,  le Parlement européen a ajouté l’étude « des possibilités de mettre en place des systèmes nationaux compatibles de consigne pour atteindre la part de collecte nécessaire de 90 % des récipients de boissons en plastique ».

Contrôle des micro-plastiques

Le nouveau plan européen d’économie circulaire cible une élimination progressive de tous les micro-plastiques ajoutés intentionnellement ainsi qu’une réduction des rejets involontaires de tous les micro-plastiques (causés par les pneus, textiles, gazons artificiels,…).

Cette question à l’ordre du jour depuis plusieurs années progresse donc mais très (trop) lentement.

Gestion des plastiques biosourcés et/ou biodégradables

En ce qui concerne l’évolution du marché vers les plastiques biosourcés et/ou les plastiques biodégradables,,  la Commission européenne admet qu’un défi majeur est posé. Est prévue l’adoption d’un cadre d’action concernant:

« ·l’approvisionnement en plastiques biosourcés et l’étiquetage et l’utilisation de ces derniers, sur la base d’une évaluation des cas dans lesquels l’utilisation de matières premières d’origine biologique se traduit par de véritables avantages pour l’environnement, allant au-delà d’une réduction du recours aux ressources fossiles;

·l’utilisation de matières plastiques biodégradables ou compostables, sur la base d’une évaluation des applications dans lesquelles l’utilisation de ces matières peut se révéler bénéfique pour l’environnement, ainsi que des critères s’y rapportant. »

Le manque d’une stratégie « zéro plastiques » 

A vrai dire, cette stratégie européenne ne nous semble pas du tout à fait à la hauteur des problèmes causés par les plastiques. Faut-il rappeler que :

  • des millions de tonnes de déchets plastiques se retrouvent dans les océans, polluent des centaines d’espèces marines et tuent chaque année près de 100.000 animaux marins ;
  • diverses estimations font état de plus de déchets que de poissons dans les mers d’ici 2050 ;
  • on ingère actuellement beaucoup de résidus plastiques dans le corps humain (soit près de 5 grammes de plastiques par semaine, selon une étude australienne du WWF) ;.
  • le recyclage des plastiques est très complexe et dépasse difficilement 20-30% .
  • les microplastiques dans les océans sont des nids à virus…(4)

Des réductions plus drastiques à la source seraient donc la meilleure voie à suivre !Pour creuser : Atlas du plastique

======================================

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :