Verdir son épargne

Extraits de

 «  Verdir son épargne ? Pas si simple ! » XAVIER DE LA VEGA 03/03/2021 ALTERNATIVES ECONOMIQUES N°408

NB. La question de la finance nous semble fondamentale pour l’évolution de notre planète.  Certains soulignent que la plus importante action que nous pouvons faire pour réduire notre impact environnemental est en relation avec notre épargne. Ainsi notre blog revient une nouvelle fois sur cette question en publiant quelques extraits d’un article paru dans la revue « Alternatives économiques ».

   on observe année après année une progression régulière des placements verts accessibles aux particuliers. Lorsqu’ils souscrivent à une formule d’assurance-vie, les épargnants se voient de manière croissante proposer d’allouer une partie de leur cagnotte à un type d’investissement « durable » ou « responsable », c’est-à-dire respectant des critères sociaux et environnementaux. A LIRE 

… les placements verts ne souffrent pas d’une rentabilité inférieure à celle des fonds classiques. On pourrait croire en effet qu’en prenant en compte des critères extra-économiques, comme la limitation des émissions de dioxyde de carbone ou la qualité de l’eau, les fonds durables se condamneraient à des performances financières moindres. Il n’en est rien. Selon Novéthic, ils obtiennent en effet des rendements comparables, voire supérieurs à ceux du marché.

…les placements « durables » proposés par les banques ou les assurances se heurtent à un soupçon récurrent de « greenwashing ». Par-delà des positionnements marketing destinés à surfer sur les préoccupations écologiques croissantes de leurs clients, comment s’assurer que les institutions financières respectent effectivement leurs engagements ?

Il faut dire que le terme « durable » s’avère parfois éminemment trompeur. L’association Attac a ainsi lancé la campagne #pasavecnotreargent pour dénoncer l’utilisation des fonds recueillis avec les LDDS (livret de développement durable et solidaire), l’une des formules d’épargne prisées par les Français, dont rien ne garantit dans les faits qu’ils sont fléchés vers des activités « durables » ou « solidaires » (gérée par la Caisse des dépôts et consignations, l’épargne recueillie par LDDS finance à 80 % des PME, sans discrimination d’activité ou de modes de gestion).

Et si les grandes banques françaises proclament leur engagement pour la planète, Oxfam France a calculé l’impact climatique des entreprises qu’elles financent, concluant que leurs portefeuilles engendraient un monde à + 4 °C en 2100.

Créé formellement en 2016, le label ISR (investissement socialement responsable), est l’aboutissement de plusieurs décennies d’engagement autour de la « responsabilité sociale des entreprises ». Cette notion conjugue des enjeux tels que le respect des droits salariaux ou l’égalité hommes-femmes, à la problématique du développement durable et de la lutte contre le changement climatique. Selon la définition retenue, « l’ISR est un placement qui vise à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises qui contribuent au développement durable dans tous les secteurs d’activité ».

En raison de son histoire, axée sur la promotion de normes de management « éthiques », l’ISR est une culture d’accompagnement et d’intervention auprès des entreprises. Il en découle des critères de sélection des placements parfois contestés. Certains promoteurs de la finance verte aimeraient s’en tenir à un critère « best in universe », consistant à scruter l’ensemble des entreprises, tous secteurs confondus (depuis l’isolation naturelle des bâtiments jusqu’à la prospection pétrolière), et sélectionner, par exemple, celles présentant la meilleure performance en matière d’émission de dioxyde de carbone. Une telle approche conduit mécaniquement à exclure tous les secteurs bruns de l’économie, pour ne financer que les activités vertes.

Les tenants de l’ISR mettent cependant en avant d’autres critères, à leurs yeux tout aussi pertinents.

Le « best in class » consiste à choisir non pas les plus écologiques de l’échantillon, mais les entreprises qui au sein de chaque secteur sont les plus performantes en matière d’émission carbone.

Légèrement distinct, le « best effort » se porte de son côté sur les sociétés qui, quel que soit le secteur, œuvrent le plus pour améliorer leur trajectoire d’émission. C’est à l’aune de ces deux critères que, au grand dam de certains observateurs, des fonds ISR peuvent décider de financer des entreprises pétrolières au bilan carbone par essence peu flatteur.

Bref, l’ISR considère qu’il ne faut pas seulement désinvestir du brun, mais l’aider à devenir plus vert. Une stratégie remise en cause par certains promoteurs de la finance verte, qui misent plutôt sur un désinvestissement massif et rapide de toutes les activités polluantes.

C’est l’approche adoptée par le label Greenfin (anciennement TEEC). Créé dans la foulée des accords de Paris de 2015, il est spécifiquement dédié à la certification de la finance verte. Il s’appuie sur une méthodologie bien plus sévère pour sélectionner les investissements, fondée sur une nomenclature d’activités éligibles.

Celle-ci retient huit secteurs contribuant à la transition énergétique et à la lutte contre le changement climatique, dont l’énergie, le bâtiment, le contrôle des déchets, le transport propre ou l’adaptation au changement climatique… Sont explicitement exclus certains secteurs, à commencer par toute la filière des énergies fossiles, ainsi que celle du nucléaire, mais aussi les entreprises qui consacreraient plus de 33 % de leur chiffre d’affaires à des activités comme l’incinération sans récupération d’énergie ou l’enfouissement de carbone sans récupération de gaz à effet de serre.

Last but not least, le label Greenfin édicte des normes de gestions financières, notamment une rotation limitée des valeurs au sein du portefeuille… avec toutefois une marge de tolérance.

En raison de sa jeunesse, mais aussi parce que ses critères sont beaucoup plus drastiques, le label Greenfin certifie un nombre beaucoup plus modeste de fonds durables : à peine 21 fonds accessibles aux épargnants. A comparer avec les 358 fonds ISR, soit la moitié des fonds durables recensés par Novéthic.

En revanche, la méthodologie du label Greenfin est la plus en accord avec les travaux actuellement menés par la Commission européenne pour créer un écolabel dans le domaine de l’épargne verte, en appliquant à la finance ce qui existe pour les biens de consommations courants. Fondé lui aussi sur une taxinomie d’activités éligibles, ce premier label européen pourrait devenir la référence au niveau continental.

 « TAXONOMIE EUROPEENNE » ?

Un règlement européen définissant le cadre général est entré en vigueur le 20 juin 2020. Ce règlement indique que, pour être considérées comme durables, les activités économiques doivent démontrer qu’elles apportent un bénéfice substantiel à au moins un des six objectifs environnementaux, dont le changement climatique. Mais ces activités doivent aussi éviter les effets négatifs sur les cinq autres objectifs (l’utilisation durable et la protection des ressources hydrologiques et marines ; la transition vers une économie circulaire, la prévention et le contrôle de la pollution ; et enfin, la protection et la restauration de la biodiversité et des écosystèmes.)

Le 21 avril 2021, la Commission a publié l’acte délégué concernant la « taxonomie climatique » ainsi que ses deux annexes (400 pages). « Cet acte délégué couvrirait les activités économiques de quelque 40 % des sociétés cotées dans les secteurs qui sont responsables de près de 80 % des émissions directes de gaz à effet de serre en Europe. Ces secteurs comprennent l’énergie, la sylviculture, l’industrie manufacturière, les transports et la construction. La décision sur le statut du gaz naturel et du nucléaire a été reportée à l’automne.

La taxonomie verte européenne opère une classification standardisée pour évaluer la durabilité selon différents niveaux :

  • Activités qui sont déjà considérées comme bas-carbone et compatibles avec l’accord de Paris (exemple : les transports bas-carbone) ;
  • Activités qui pourraient contribuer à la transition vers une économie zéro émission nette en 2050 mais qui ne suivent pas encore la trajectoire de la neutralité carbone (exemple : la rénovation de bâtiments) ;
  • Activités qui permettent le « verdissement » ou la réduction des émissions d’autres activités, telles que l’élaboration de technologies entraînant une réduction substantielle des émissions dans d’autres secteurs (exemple : usine de fabrication d’éoliennes).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :