De la nécessaire relocalisation des systèmes alimentaires

(Bérénice RichardRodrigue Gehot )

Extraits

…la distance entre producteurs et consommateurs est en moyenne, à vol d’oiseau, de 6700 kilomètres. Un chiffre extravagant qui révèle, en plus de l’emprunte carbone immense qu’il représente, tout l’absurde de la concentration de productions ultra spécialisées

…Il faut activer une contre-globalisation, repensant la répartition des denrées dans un approvisionnement davantage national, sain, et dans la mesure du possible local, propice à un

développement territorial durable et juste.

Référence :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :