Ralentir ou Périr

Timothée Parrique, économiste, prône la décroissance

“Ralentir ou périr”, c’est le nom du livre publié par Timothée Parrique. Cet économiste français, chercheur à l’université de Lund, en Suède, frappe les esprits. Il l’affirme, nous n’avons pas le choix : nous devons sortir du capitalisme.

Timothée Parrique était l’invité de Thomas Gadisseux vendredi passé sur La Première. Invité également sur Tendances Première ce mercredi 04/01/2023. Il développe sa vision de l’économie de la décroissance.

 La présente publication est reprise du site RELI-INFOS http://reli-infos.be

Dans cette vision, bien-être et protection de l’environnement vont de pair avec modèle économique. D’emblée, il l’affirme, selon lui, “c’est la croissance qui devrait nous faire peur”. “La croissance reste corrélée aux problèmes environnementaux. Quand on entend une croissance d’un, deux, ou trois pourcents de la production, ça veut dire qu’on va devoir utiliser plus d’énergie, qu’on va devoir extraire plus de matériaux. Et donc on va émettre plus de pollution, dans une situation où justement on devrait faire le contraire.”, explique-t-il.
 

Le PIB, cet indicateur incomplet

Cette vision de l’économie, tendant vers la décroissance, peut faire peur. Car, pour beaucoup, croissance rime encore avec prospérité. “C’est ça que je trouve le plus curieux”, poursuit-il. “Quand on parle de croissance, on ne parle pas de prospérité, de civilisation, de bien-être, de mieux-être. On ne parle que d’une chose très spécifique : l’augmentation du pouvoir intérieur brut (PIB). Et le PIB n’est pas un indicateur de richesse. C’est même écrit dans le manuel qui indique comment le calculer.”

Mais alors qu’est-ce que le PIB, si ce n’est pas un indicateur de richesse ? Timothée Parrique définit le PIB comme “un indicateur volumétrique d’agitation économique”. “Ça veut dire que c’est la vitesse à laquelle l’économie va tourner. Mais ça ne nous dit pas si l’économie produit les choses qui mènent au bien-être”, nuance-t-il.

Certains pays commencent déjà à se défaire de cette mesure. L’expert cite plusieurs exemples : “En 2019, la Nouvelle-Zélande abandonne le PIB pour construire des budgets bien-être, un tableau de bord de 65 indicateurs de santé sociale et de résilience économique. Pareil pour le Pays de Galles, l’Islande, la Finlande, l’Écosse. On pourrait aussi mentionner le Bhoutan, qui calcule le Bonheur intérieur brut.

Concrètement, on passe d’un indicateur à une multitude d’indicateurs. “On passe d’une économie de la quantité à une économie de la qualité. Elle demande des indicateurs plus diversifiés”, explique le chercheur, qui précise que ce modèle nécessite une hiérarchie entre ces indicateurs. “Dans les pays riches, les indicateurs écologiques auront aujourd’hui priorité sur les indicateurs purement financiers parce qu’on est dans une situation où notre priorité est de rentrer dans les clous de la soutenabilité environnementale.”

Vers une économie qui se stabilise

Ces derniers mois, de nombreuses économies connaissent la décroissance. Avec la crise sanitaire, et puis la guerre en Ukraine et enfin la crise énergétique, la décroissance s’est imposée au marché. Mais depuis, les gouvernements cherchent à relancer la machine à tout prix. “Au bout d’un certain moment, c’est normal que l’économie se stabilise. On s’obstine à vouloir relancer la croissance, cette espèce de culturisme financier, qui veut grossir toujours plus”. Timothée Parrique propose une autre voie : “Acceptons le fait qu’aujourd’hui, les défis économiques sont des défis de partage, de qualité, d’amélioration de nos institutions économiques. Et ces défis économiques ne vont pas forcément prendre la forme d’une augmentation du PIB.

La suite de l’interview se trouve dans la vidéo où l’auteur se réjouit qu’une telle conversion des mentalités est bien en train de gagner les jeunes.

On peut trouver un complément d’avis sur cette question chez un économiste français, François Ruffin. Interview intéressant, notamment sur la profonde injustice sociale causée par l’inflation. Ce problème me paraît peu soulevé dans les grands médias, sans doute parce que ceux qui les dirigent ou y jouent un rôle important ne vivent pas la précarité et le cercle vicieux dans lequel les précaires sont enfermés. Vous trouverez cet entretien sur François Ruffin : « Il faut faire redescendre nos dirigeants sur Terre »

Référence de la publication: 24, Déc 2022 by <a href= »https://reli-infos.be/timothee-parrique-economiste-prone-la-decroissance-ralentir-ou-perir/Philippe de Briey« >Philippe de Briey in International,Justice sociale,Transition

3 commentaires sur « Ralentir ou Périr »

  1. Merci, une vision des choses que j’approuve à 100%. Merci à la Nouvelle-Zélande (« qui abandonne le PIB pour construire des budgets bien-être, un tableau de bord de 65 indicateurs de santé sociale et de résilience économique ») et au Pays de Galles, à l’Islande, à la Finlande, à l’Écosse, au Bhoutan. A quand la Belgique?

    J’aime

  2. Merci beaucoup! Dans l’interview de François Ruffin, j’ai vu ceci: « Et, en urgence, indexation sur l’inflation ! ».
    Pour ma part, l’indexation EN POURCENTAGE des salaires mène à un écart croissant entre les gros et les petits salaires. Une augmentation des salaires la même pour tout le monde, par exemple chaque fois que le « panier de la ménagère » augmente de 50 ou de 100 euros, mènerait par contre à un rapprochement des salaires, vu que cette même somme sera plus taxée dans les hauts que dans les bas salaires…Bizarrement, je n’entends jamais cette idée dans les débats publics…
    Bien à vous.
    Alain Gillot

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :